L’audit énergétique des copropriétés: c’est quoi ? Qui est concerné ?

Les bâtiments destinés à l’habitation collective (c’est-à-dire plus de la moitié de la SHON est constituée de lots à usage principal d’habitation), construits avant le 1er juin 2001, en copropriétés et comportant au moins 50 lots équipés d’une installation collective de chauffage ou de refroidissement.

Beaucoup plus élaboré que le DPE collectif, l’audit énergétique traditionnellement fait référence au cahier de charge de l’ADEME, mais le contenu détaillé dans le décret spécifique aux copropriétés (décret n° 2012-111 du 27 janvier 2012 et l’arrêté du 3 avril 2013) limite et résume les impératifs de l’audit aux éléments suivants :

–       Etape 1 : Etat des lieux

–       Etape 2 : Bilan énergétique et préconisations

–       Etape 3 : Programme d’amélioration

–       Etape 4 : Analyse financière

Cette classification n’est pas figée, une place particulière doit être laissée à l’identification des soucis des copropriétaires, non seulement par rapport à l’énergie mais également l’eau, la qualité de l’air, le confort d’été…

Une approche réglementaire est aussi indispensable, notamment pour vérifier avant de voter les travaux si le programme de rénovation respecte bien la réglementation thermique et les conditions d’accès aux différentes subventions.

Cette approche réglementaire n’est pas mentionnée dans l’arrêté, mais il est important de la vérifier, et éviter de faire payer une étude supplémentaire lors de la réalisation des travaux.

Un autre point important concerne les grandes copropriétés, est l’opportunité de conclure un contrat de performance énergétique (CPE) qui peut s’avérer l’outil indispensable pour financer les travaux, l’audit énergétique devrait comporter une note d’opportunité décrivant la pré faisabilité du CPE et incitant éventuellement les copropriétaires à s’appuyer sur ce mécanisme pour le projet de rénovation.

Contrairement à ce qu’on peut penser, l’audit énergétique fait appel à plusieurs compétences de la part de l’expert: de thermicien, architecture et bâti, maitrise de l’exploitation des équipements, financement des travaux, réglementaire, et surtout des capacités relationnelles et de vulgarisation.

L’interlocuteur syndic ou conseil syndical a besoin d’explications et de pédagogie pour faire comprendre et adhérer les copropriétaires dans un projet de rénovation global.

Du côté du bureau d’études, l’audit énergétique ‘touche’ en profondeur au bâtiment et équipements, il est nécessaire de contracter une assurance décennale et professionnelle pour protéger la copropriété des risques inhérents aux préconisations techniques.

Vous devez être connecté pour publier un commentaire